Sur ton coeur maternel, ô ma rustique terre
J'ai gouté la douceur changeante des saisons
Accueille-moi comme un voyageur solitaire
Pour qui s'ouvre, le soir, le seuil de la maison.

Maurice Vallet, 1935